Maroua : une reconversion en entrepreneur dans la filière porc

Composante III PRODEL DES AFFAIRES / Développement des chaînes de valeurRésultats de la composante III

La vie ne prend pas fin avec le départ à la retraite quand le cerveau est à même de générer des idées de développement.
Production de miel : de l’archaïsme à la modernité à Ngaoundéré
November 22, 2021
Maroua : des porcs comme caisses universitaire et scolaire
November 22, 2021

Maroua : une reconversion en entrepreneur dans la filière porc

By November 22nd, 2021 in Component III

Le fermier a deux problèmes à résoudre au début. Le premier porte sur sa reconversion à l’issue du départ à la retraite. Le second consistait à identifier une activité capable de l’aider à sortir son entourage de la pauvreté. L’élevage s’est imposé à sa personne comme une solution double. C’est d’où germe l’idée de la mise sur pied d’un Groupe d’initiative commune, GIC.

L’occasion fait le larron via le Projet d’amélioration de la compétitivité agricole, PACA, précise le Président. « Il nous a accordés une subvention de 25 millions de francs. Le montant était suffisant pour construire des bâtiments d’élevage types et de les peupler de neuf porcs. Notre objectif consistait à produire 300 porcs par an. Nous avons fini par toucher le chiffre de 500 animaux.

Le dépassement des objectifs a convaincu le Projet de développement de l’élevage, PRODEL. Sa subvention de 50 millions de francs à travers les pouvoirs publics et la Banque mondiale ont mené à la construction d’un bâtiment, un château d’eau et à l’acquisition des plaques solaires. Nous essayons de produire entre 700 et 800 porcs par an. Nous disposons de 30 truies améliorées de race Naïma. Elles ont des portées de 20 à 24 porcelets par an ».