Le bien-fondé des Montbéliardes

Cession des vaches laitièresUne orientation sénégalaise et éprouvée

Choix de la race, suivi auprès des bénéficiaires ou encore renforcement des capacités de l’expertise nationale trouvent réponse ici.
Comprendre les enjeux liés à l’augmentation de la production laitière
avril 21, 2021
Acclimatation et transition alimentaire de 164 génisses gestantes
avril 22, 2021

Le bien-fondé des Montbéliardes

Par avril 22nd, 2021 Dans Composante I, Info-lettre

Les génisses garantissent un vêlage et une entrée en production laitière rapide. C’est effectif quatre à cinq mois après leur arrivée. Le Projet gagne plus de deux ans dans le cycle de production. Ce sont des vaches laitières hautement productrices. Elles ont montré une bonne capacité d’adaptation aux environnements difficiles sur le plan climatique. En effet, des pays comme le Mali et le Sénégal en importent. Le Cameroun a déjà importé des Montbéliardes par le passé pour une utilisation en croisement (animaux et semences).

En termes d’amélioration génétique, le Projet travaille sur des caractères à valoriser et ceci suivant les systèmes de productions ciblés. Pour augmenter la production laitière nationale afin de répondre au gap en lait, il faut aller vers l’intensification. Cette option suppose des animaux performants sur le plan génétique et d’autres améliorations dans des domaines comme la santé, l’alimentation, le management et l’accès au marché. Les solutions sont africaines n’apportent pas la génétique appropriée.

Toutefois, ces solutions pourraient convenir au système pastoral, surtout en rameau mixte (lait et viande). Des formations en alimentation et management des vaches laitières hautes productrices ont eu lieu en 2019 au profit d’une quarantaine de cadres de l’administration camerounaise et du privé (docteurs vétérinaires, zootechniciens et techniciens d’élevage). Il n’y a pas de lactation sans vêlage ou mise-bas. La réussite des inséminations artificielles sera la voie royale pour les gestations et le vêlage. Le PRODEL souhaite un veau par vache à l’année et des périodes de lactation d’environ 300 jours. L’amélioration génétique pourrait garantir une augmentation minimale de 5% par an. Mais il y a moyen d’aller plus vite en association avec les autres améliorations déjà citées plus haut.