Changements déterminants dans le mécanisme de financement

REVUE À MI-PARCOURSPRODEL DES AFFAIRES

La revue à mi-parcours du Projet de développement de l’élevage, PRODEL, a apporté des changements significatifs au sein de ladite composante.
Atterrissage confirmé le 2 octobre 2020 à Garoua
septembre 16, 2020
Des attentes précises en « business » d’élevage
septembre 16, 2020

Changements déterminants dans le mécanisme de financement

La révision des priorités intervient en premier. Elles sont désormais les suivantes : améliorer les performances des chaines de valeurs cibles du Projet, améliorer l’accès des produits animaux sur les marchés, établir des partenariats productifs fonctionnels entre les acheteurs et les producteurs, et faciliter la création des entreprises viables et durables dans le secteur de l’élevage. Même la révision du profil des bénéficiaires est effective. Les promoteurs individuels s’inscrivent aussi déjà dans la liste des bénéficiaires. L’autre nouveauté concerne les groupes d’individus structurés en sociétés anonymes, SA, sociétés à responsabilité limitée, SARL, ou en groupe d’intérêt économique, GIE. Ils deviennent la cible d’éventuels financements. Il va de soi, les organisations de producteurs, OP, continuent de représenter les bénéficiaires de départ.

L’ouverture des subventions aux individus bénéficie d’un encadrement mesuré. Les projets individuels se concentrent sur le lait et le miel. Le choix en question participe de l’engagement des pouvoirs publics à apporter des incitations dans les deux filières en question. D’ailleurs, ces subventions s’adressent à des maillons précis le long de la chaîne de valeur : transformation et fourniture des intrants, notamment le matériel génétique et l’aliment.

La configuration de 60/40% est maintenue. En en valeur absolue, c’est 75 millions de francs d’apport du PRODEL et de 50 millions de francs comme contrepartie des bénéficiaires. La mise du Projet est plafonnée. Le recours au crédit bancaire par le bénéficiaire devient aussi facultatif.

L’originalité de la revue à mi-parcours, c’est également l’avènement des projets de petite échelle. Les financements de la taille de 10 à 20 millions de francs bénéficient aux régions de faible expérience en matière de montage et de conduite des projets d’élevage comme « business » : Sud, Sud-Ouest, Nord-Ouest et Extrême Nord. De telles initiatives peuvent être subventionnées par le PRODEL à hauteur de 90%, soit 18 millions de francs. Un co-financement de 10% ou deux millions de francs ces micro-projets. Le bénéficiaire est libre d’y parvenir avec ou sans crédit bancaire.