Les vaches dans les fermes récipiendaires

Cession des vaches laitièresCérémonie protocolaire

Des organisations de producteurs ou d’éleveurs des régions de l’Adamaoua, de l’Extrême Nord et du Centre ont reçu 164 vaches laitières de haute performance le 23 février 2023 à Lougguéré non loin de Garoua.
Critères et processus de sélection des bénéficiaires
avril 22, 2021
« Il ne me manquait plus que du lait pour réussir »
avril 22, 2021

Les vaches dans les fermes récipiendaires

Par avril 22nd, 2021 Dans Composante I, Info-lettre

165 génisses gestantes sont arrivées au Cameroun le 3 novembre 2020. C’était suite à un atterrissage à l’aéroport international de Garoua. L’initiative est du gouvernement en partenariat avec la Banque mondiale.  L’objectif est de contribuer à l’augmentation de la production laitière nationale. Elle s’opère au moyen d’une détermination manifeste à réduire les importations des produits laitiers.

Les génisses gestantes deviennent des vaches laitières à l’issue des vêlages ou mises-bas. Plus de 100 veaux animent désormais les étables. Les organisations de producteurs ou d’éleveurs bénéficiaires sont celles dont les plans d’affaires ont fait l’objet d’une validation préalable par les Comités régionaux de présélection, CRPS. Des équipes de sensibilisation avaient, en prélude à l’élaboration et à la validation des plans d’affaires, sillonné toutes les localités concernées par les urgences de production laitière.

Le nombre de vaches laitières attribué par organisation de producteurs/ou d’éleveurs est fonction du coût total de son plan d’affaires. C’est un document qui indique la capacité du bénéficiaire à mobiliser une contrepartie financière de 40% car l’État assume 60% des dépenses. Une génisse gestante, en acquisition et transport par avion, vaut trois millions quarante mille de francs, coûts d’acclimatation exclus. Les bénéficiaires ont eu la liberté de mobiliser leur contrepartie via des emprunts bancaires auprès des institutions financières partenaires à des taux étudiés.

Les préparatifs de l’arrivée d’une deuxième vague de génisses gestantes au Cameroun sont avancés. Les animaux performants en question iront chez les autres organisations de producteurs ou d’éleveurs en retard en ce moment en matière de mobilisation de leur contrepartie ou alors auprès de celles qui sont encore incapables de présenter un accord de crédit, si jamais elles se rattrapent pour s’inscrire dans la cohérence du mode opératoire du Projet de développement de l’élevage, PRODEL.

D’autres organisations de producteurs ou d’éleveurs de la filière lait sont encouragées à se faire identifier à l’effet de bénéficier des dotations de la deuxième vague. Il s’agit de renseigner une fiche d’identification d’idées de projet à retirer dans les bureaux du PRODEL ou dans les délégations départementales de l’Élevage, des Pêches et des Industries animales.